L'Ouganda condamne les nouvelles sanctions contre les LGBT imposées par les Etats-Unis (Photo) - Watch China News Report - Overseas Chinese Follow Africa News & Historical Secrets

烏幹達總統簽署反LGBTQ法案,美國對其實施簽證限制,世界銀行停止提供新貸款【看中國報導】

Le président ougandais Yoweri Museveni a suscité l'attention internationale et la controverse en signant récemment un projet de loi qui criminalise les personnes LGBTQ (lesbiennes, gays, bisexuels et transsexuels). Ce projet de loi, adopté par le parlement ougandais, a reçu la sanction présidentielle et est entré en vigueur. Dans le même temps, le gouvernement américain a imposé une nouvelle série de restrictions en matière de visas à l'Ouganda, ce qui a provoqué des tensions entre les deux pays.

Le ministre ougandais des affaires étrangères, Okello Oryem, a déclaré dans une interview que les changements de politique au sein du département d'État américain sont contrôlés par ceux qui promeuvent les questions LGBT en Afrique. Il a critiqué les États-Unis pour avoir imposé des restrictions en matière de visas à l'Ouganda, estimant qu'il s'agissait d'une ingérence dans les affaires intérieures, et a accusé les États-Unis de promouvoir les "questions homosexuelles" en Afrique.

Le projet de loi anti-LGBTQ criminalise les actes homosexuels et prévoit des peines sévères, dont la peine de mort et l'emprisonnement à vie. Le président ougandais Museveni considère l'homosexualité comme une déviation de l'état normal des êtres humains et a appelé les députés à résister aux pressions de l'Occident.

La Banque mondiale a également condamné la loi anti-LGBTQ de l'Ouganda et a interrompu l'octroi de nouveaux prêts à ce pays. La Banque mondiale considère que cette loi est contraire à ses valeurs, soulignant que la pauvreté ne peut être éradiquée qu'indépendamment de la race, du sexe ou de l'orientation sexuelle.

Le ministre ougandais des affaires étrangères, M. Oyem, a critiqué la Banque mondiale pour sa politique de deux poids deux mesures, soulignant que l'institution n'avait pas cessé de prêter à des pays du Moyen-Orient et d'Asie, qui ont des lois identiques ou plus sévères à l'égard de l'homosexualité. Il a affirmé que la Banque mondiale avait subi des pressions de la part de soi-disant impérialistes pour imposer des sanctions injustes à l'Ouganda.

Dans l'ensemble, le projet de loi anti-LGBTQ de l'Ouganda a suscité une controverse au sein de la communauté internationale, couvrant un large éventail de domaines, notamment les droits de l'homme, la politique et la diplomatie. Elle reflète également les différences de valeurs et de positions entre les différents pays et cultures, qui doivent être résolues par davantage de dialogue et de compréhension. Il faut espérer que des solutions plus inclusives et harmonieuses pourront être trouvées à l'avenir pour parvenir à la paix et à la coexistence entre les pays du monde.

tendance à la mode

Dernières nouvelles

fr_FRFrançais